C’était « Une Nuit Magnifique », Crie Nadal

0
37

Après avoir éliminé Novak Djokovic en quarts de finale de Roland-Garros, Rafael Nadal a, avec émotion, retracé le chemin parcouru dans « le tournoi le plus important » de sa carrière.

1h15 dans la nuit de mardi à mercredi. Rafael Nadal claque un dernier revers qui laisse Novak Djokovic sans réaction. Après 4h12 d’un match à haute intensité, l’Espagnol composte une nouvelle qualification pour les demi-finales de Roland-Garros, son tournoi. Une demi-heure plus tard, casquette solidement plantée sur la tête, idées claires, il commente l’événement. Avec sobriété et la satisfaction du travail bien fait. Il reste deux marches, avec une demi-finale contre Alexander Zverev, Rafael Nadal ne s’emballe pas. Extraits de la conférence de presse tranquille d’un joueur nullement rassasié.

Nad 2 1
C’était « Une Nuit Magnifique », Crie Nadal (supergooal.cd)

La balle de match : « C’est un match particulier de jouer contre Novak. J’ai ressenti des émotions parce que depuis trois mois et demi, la seule chose que je peux dire, c’est que cela n’a pas été facile. Voilà. Je ne vais pas vous parler de tout ce que j’ai vécu pendant tous ces derniers mois parce que je dois continuer à aller de l’avant, mais c’est vrai que cela a été trois mois un peu bizarres avec tout ce qui s’est passé pour moi. Mais l’équipe m’a aidé à aller de l’avant, à continuer, c’est ce qui fait que ce match, sans aucun doute, a été très spécial. »

Le soutien du court Philippe Chatrier : « Le public a été incroyable, depuis le début du tournoi d’ailleurs. Je ne sais pas que dire en fait. Je crois qu’ils savent, ici, que je ne vais pas être là, comment dire, pendant encore très, très longtemps. Donc, le fait de jouer ici, l’endroit le plus important pour moi, de sentir le soutien du public est difficile à décrire. Je souhaite les remercier. »

Le physique : « À Rome, j’avais dit que mon docteur serait ici avec moi. Le docteur est là. Ce qui veut dire que l’on peut faire des choses qui peuvent aider. Le moment n’est pas venu de parler de ça. Je vous ai dit que l’on parlerait de tout ça une fois que mon tournoi sera terminé. En tout cas, je rassemble tout ce que j’ai pour essayer de jouer ce tournoi dans les meilleures conditions possibles. Je ne sais pas ce qui se passera après, franchement. Mais ici, en tout cas, je crois que ça va aller. »

Et maintenant : « Je n’ai encore rien remporté. Je me donne la possibilité dans deux jours (vendredi) de revenir fouler la terre, et jouer une demi-finale à Roland-Garros, cela veut dire énormément pour moi. J’ai de l’expérience, je ne suis pas le genre de personne qui a des hauts et des bas, des montagnes russes. Je suis toujours stable du point de vue émotionnel, on va voir comment cela se déroule. Je profite d’aujourd’hui parce que la nuit a été magnifique pour moi, sans aucun doute, pleine d’émotions aussi. Demain (mercredi), je vais commencer à me concentrer sur ce que je dois faire pour être prêt pour la demi-finale. L’objectif principal pour moi, c’est de me concentrer sur mon niveau de jeu, celui que j’ai joué aujourd’hui (mardi). »

Le GOAT : « Novak, Roger et moi, on a ensemble une histoire vraiment incroyable parce qu’on s’est retrouvé en face-à-face, lors des matches les plus importants, et depuis tellement longtemps. C’est ce qui rend l’histoire particulière et qui me remplit d’émotion. On parle toujours de qui a fait le plus grand nombre de Grands Chelems, de qui a les meilleurs résultats. Pour moi, peu importe, ce qui compte, c’est les rêves que nous poursuivons. Je crois que nous avons accompli nos rêves, nous écrivons l’histoire de ce sport parce que nous avons fait des choses qui n’étaient pas arrivées avant nous. Peu importe le reste pour moi. Quel joueur aura le plus grand nombre de Grands Chelems, qui aura mieux écrit l’histoire, selon moi, quand on regarde nous trois, notre niveau est quasiment le même, il n’y a pas de différence, peu importe. »

Les sessions de nuit : « Je ne peux pas me plaindre parce que, maintenant, j’ai deux jours de repos. En tout cas, si on a un jour de repos ensuite, ou bien comme Zverev à Madrid notamment, il a dû jouer la finale le jour suivant, dans ce cas-là, c’est un vrai problème. Bien sûr, je comprends. Il y a une partie qui est business dans tout ça, je la comprends bien. Il y a toutes les télévisions qui paient beaucoup pour avoir ces matches, tard, le soir ou la nuit. Le tournoi gagne de l’argent, les joueurs gagnent de l’argent. Il faut trouver un bon équilibre afin que tout s’imbrique le mieux possible. Commencer à 21 heures, ici, sur la terre battue, au meilleur des 5 manches, cela peut être très long, mais c’est comme ça. »

Partagez vos pronostics avec nous supergooal.cd.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here