Westbrook, Randle, Cunningham… Cinq Joueurs Que Vous Verrez Différemment Cette Saison

0
61

Trois mois après le sacre de Milwaukee, la NBA reprend ses droits ce mardi. Avant d’entamer cette nouvelle saison, nous avons sélectionné cinq joueurs aux profils très différents qu’il vaut mieux suivre au cours de cette saison.

nba1
Westbrook, Randle, Cunningham… Cinq Joueurs Que Vous Verrez Différemment Cette Saison (supergooal.cd)

Russell Westbrook (32 ans, Los Angeles Lakers)
MVP en 2017, neuf fois all-star NBA, recordman du nombre de triple-doubles en carrière mais… aucun titre NBA. En posant ses valises dans la Cité des anges cet été,Russel Wesbrook évoluera aux côtés de Lebron James et d’Anthony Davis chez les Lakers. Néanmoins, une question se pose tout naturellement : va-t-il parvenir à s’entendre sur le terrain avec « King James » ? L’ancien meneur star d’Oklahoma City aime toucher le ballon, attaquer le cercle, shooter à mi-distance et remonter à lui tout seul le ballon sur les transitions rapides. Mais chez les Lakers, le patron s’appelle Lebron. Parviendront-ils à se partager le ballon ? Westbrook acceptera-t-il de réduire sa part du gâteau ?

« Je trouve que peu de gens le disent, mais c’est un incroyable passeur », a récemment déclaré «LBJ». En effet, le natif de Long Beach a terminé meilleur passeur la saison dernière avec 11,7 offrandes de moyenne par match. Westbrook a acquis la maturité nécessaire pour accepter le partage des tâches dans un effectif cinq étoiles. Le « Marsupilami » a toutes les cartes en main pour rayonner cette saison, chez lui, en Californie.

Julius Randle (26 ans, New York Knicks)
Lui a quitté les Lakers en 2018, direction les Pelicans de la Nouvelle-Orléans. Mais c’est bien chez les Knicks de New-York que Julius Randle a explosé. Après une saison régulière à 24 points de moyenne, le colosse texan a décroché le titre de MIP (meilleure progression) la saison dernière. Toutefois, le révélateur des play-offs s’est avéré délicat pour Randle. L’ancien angelino n’a pas réussi à porter son équipe sur ses épaules dans les moments qui comptent. Pour leur grand retour en phase finale, les Knicks ont dû s’incliner 4-1 dès le premier tour face aux Hawks d’Atlanta et les prestations de Randle (18 points de moyenne sur les six matchs) ont déçu.

La saison de Randle s’est même achevée sous les huées du public de la State Farm Arena d’Atlanta où les fans des Hawks scandaient le mot « Overrated » (surcoté) lorsqu’il se présentait sur la ligne des lancers-francs. De bonne guerre, direz-vous… Revanchard, l’ailier fort des Knicks aura en tout cas à cœur de prouver au reste de la NBA qu’il n’est pas « overrated » et qu’il est capable de faire franchir un cap à la franchise de «Big Apple».

Michael Porter Jr (23 ans, Denver Nuggets)
Lui aussi aurait pu prétendre au titre de MIP en 2020-21. Pour sa deuxième saison NBA, Michael Porter Jr a pris une autre dimension sous le maillot des Nuggets. Avec 19 points de moyenne, il était la saison dernière le troisième scoreur de son équipe. L’ailier de 23 ans s’apprête à disputer sa troisième saison dans la ligue, traditionnellement celle de l’explosion pour certains joueurs. Alors que Jamal Murray devrait être absent pendant de longs mois, de nombreuses responsabilités vont peser sur les larges épaules du natif de Columbia. Bien évidemment, c’est Nikola Jokic, MVP en titre, qui restera le patron, mais «MPJ» a tous les atouts pour devenir un All Star en puissance et guider la franchise du Colorado au sommet.

Lonzo Ball (23 ans, Chicago Bulls)
Dans la famille Ball, le grand frère. On aurait pu s’intéresser à LaMeloBall, rookie de l’année la saison dernière, mais c’est bien Lonzo qui pourrait réaliser une grande saison sous le maillot d’une prestigieuse franchise : les Chicago Bulls. Son association avec la star locale, Zach LaVine, et l’expérimenté DeMar DeRozan fait saliver. Pourtant, les premières saisons NBA de Lonzo Ball n’ont pas été faciles à gérer. Son étiquette de grand talent, et la gouaille de son papa, LaVar, l’ont mis d’emblée sous une intense pression médiatique. L’ancien meneur des Lakers n’a jamais véritablement explosé en quatre saisons NBA. Constamment sous le feu des critiques, il n’a jamais dépassé les 15 points de moyenne sur une saison régulière, n’a jamais joué de play-offs et son pourcentage aux tirs est inférieur à 40% sur l’ensemble de sa carrière. C’est donc un cap que doit franchir Lonzo Ball à Chicago. Avec LaVine, DeRozan ou Nikola Vucevic à ses côtés, le natif d’Anaheim pourra se concentrer sur la passe.

Cade Cunningham (20 ans, Detroit Pistons)
Un petit nouveau en NBA. Mais pas n’importe lequel puisque c’est lui que les Pistons de Detroit ont choisi en premier lors de la Draft 2021. Meneur de formation, sa grande taille pour le poste (2,03m) lui permet d’évoluer en tant qu’arrière voire sur les ailes. À peine arrivé et déjà polyvalent. Dans une franchise de Detroit qui devrait végéter dans la seconde moitié du classement à l’Est, Cade Cunningham évoluera dans un environnement loin de toute pression. Sur le plan collectif, difficile d’imaginer Detroit réaliser quelque chose de grand cette saison mais sur le plan personnel, le Texan a déjà les atouts techniques et physiques pour s’imposer comme l’une des étoiles montantes en NBA. Son association avec le Français Killian Hayes a de quoi faire saliver les fans des Pistons.

Partagez vos pronostics avec nous supergooal.cd.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here